Toponymie de Trazegnies

Bienvenue sur mon blog

Archive pour la catégorie 'Les rues A et B'


Les rues A & B

23 janvier, 2007
Les rues A et B | 2 réponses »

 Abbé- Chemin de l’ (1847) – ruelle Maghe (1862) – ruwe de l’abè .
L’abbé Jean Magne, dernier chapelain des marquis de Trazegnies, mort le 12 octobre 1832, avait son habitation au coin de ce chemin.

Rue de l'Abbé La rue de l’Abbé vue depuis son intersection avec la place Albert 1er

 

 Rue de l'Abbé Une section de la rue de l’Abbé

Abruvoire- L’ de ce lieu (1693) – L’abreuvoir de ce lieu (1746) – Il se trouvait au bas de la place du château. Il se dit aussi le welz – V. Welz. L’abreuvoir se trouvait à droite sur cette photo 

Agues’. L’s – Terrains caillouteux au long du Grand Bois, près de la Gloriette. Agaise,  » schiste ».

Albert 1er- Place – Ancienne dénomination : Grand Place (début du XXème siècle) – Place du Marché, Place du Château. C’est la place qui se trouve en face du château de Trazegnies. (Section n° 33). Cette place fut débaptisée en mémoire du Roi-Chevalier : Albert 1er.

Place Albert 1er  La place Albert 1er vue depuis l’entrée du château de Trazegnies.

Place Albert 1er Vue du bas de la place depuis la rue Astrid.

Amnesty International – Place – Nom donné à cette place en l’honneur de ce célèbre organisme. Cette place se situe dans la cité de l’Yser. (section 27)

André- Rue – Elle relie, près de Thiripont, la route de Chapelle à la chaussée romaine. Elle fut tracée, à la fin du XIXè siècle, sur un terrain appartenant à Joseph André (Section 34 du plan)

La rue André La rue André vue depuis la rue de Chapelle.

 La rue André La rue André vue depuis la chaussée Romaine.

  

Andrieu. Verger dit maret iean – 1787 – G – maret jean andré (1788) – marais Jean Dry (1847) marè djândri. Jean Andrieu, homme de fief du marquisat de Trazegnies en 1632. – Ce verger se trouvait près du territoire de Gouy. En 1727, il fut vendu par Anne, fille de Gillion Delbruyère de Potte, à Jean-Baptiste Larsimont, meunier de Trazegnies, et cette mutation donna lieu à un long procès. Anouard el Sadate – rue – Cette rue fut créée dans la seconde partie du XXème siècle. Elle se trouve dans la cité de l’Yser (section n° 27)

Anouard el Sadate1918 – 1981: homme politique égyptien, il succède à Nasser à la tête de l’Etat (1970). Il rompit totalement avec l’U.R.S.S. (1976). Il se rapprocha d’Israël avec qui il signa en 1979 le traité de Washington. Il fut assassiné en 1981 lors d’une parade militaire. Il avait reçu le prix Nobel de la paix en 1976. Rue Anouard el Sadate

Rue Anouard Sadate Une section de cette rue.

Almons(1427) – empres des allymonts (1603) – aux héritages des allmont (1643) – prairie de Haulimont (1713) – héritages des allimonts (1747) – closière de Zolimont (1750) – au jardin des alimonts (1755) – au jardin des olimonts (1760) – demy bonier a eaulimont (1771) – La closière tenait à la haute chaussée et fournissait la menue dîme au curé de Trazegnies. Par héritage, on entendait : maison avec jardin clos. Cet endroit, aujourd’hui inhabité, a donc jadis été bâti. A proximité, au nord de la commune, on trouve deux monts, déterminés par des noms d’homme Fastoumont (Fastré) et Robiermont (Robert). La toponymie de Trazegnies paraît aussi indiquer la possession et contenir un nom propre.

Anne- Le pachys – 1765) Prairie tenant d’occident au chemin de la briqueterie (1765). Elle contenait un bonnier et demi et appartenait au seigneur (1744)

Arbre- Bonnier proche l’ – gillette (1744) – Chemin de l’arbre Julette (1787) – Situation : près du jardin du seigneur (1787) – Ce nom fut francisé par la prononciation dialectale : Djélète. Ardjilètte.

L’ – Largilette (1858). A cet endroit, au sud de l’ancien parc seigneurial, se trouvaient les briqueteries mécaniques (Elles existaient encore au milieu du XXè siècle). Il semble bien avoir identité entre ce toponyme et le précédent. La disparition de l’arbre et l’existence d’une épaisse couche d’argile auront amené la confusion produite par la même assonance.

Argilette 2 L’entrée de la rue de l’Argilette depuis son intersection avec la rue du Château et Latéralle

Argilette 1 La rue de l’Argilette. C’est ici que se situe la limite de Trazegnies. La route conduit vers la localité voisinne : SOUVRET.

C’est à gauche de ce carrefour que se trouvait le terrain d’extraction de l’argile qui était ensuite acheminée à la briqueterie mécanique qui se trouvait à droite de l’entrée de la rue de l’Argilette.

Astrid- Rue – Cette petite rue faisait partie de la rue du Seigneur. Elle fut débaptisée en souvenir de la Reine Astrid, reine des Belges (1905 – 1935) – La Reine Astrid était la première épouse du Roi Léopold III.

Rue Astrid 1 La rue Astrid vue depuis la place Albert 1er.

Rue Astrid 2 La rue Astrid vue depuis la rue de Chapelle.

  

 La  Baille- (1746) – Dépendance d’une maison tenant au jardin du château. Mot d’origine étrangère, pakhuis – « magasin » ici mal orthographié par réminence mythologique. Rencontré dans des textes : le pacus du jardin. (Marchienne-au-Pont – 1789) le paccus (Thuin – 1823) Baille. Pâture nommée la – (1709) – courtil al baille (1713) Situation : gisant à la potte (1709) C’était une pâture close par des barrières à claire-voie. Baille « clôture » faite à la mode ancienne de pieux et de perches, à défaut de fils de fer. Balant – Voir Tiennes. – Il s’agit ici d’une section de l’actuelle rue du Château. Barbier – Voir Courtil – Voir Fief et Ruelles. Bârière. èl – Ancien bureau d’octroi situé à l’intersection de la route de Gosselies au Roeulx et du chemin de la Vierge. La route de Gosselies au Roeulx avait été décrétée en 1840 par concession de péages. Basse cour. Cense de la – (1702) la basse cour du château (1788) – cinse del’basse coûr . Ferme du château de Trazegnies, rebâtie en 1654 – En 1706, Médard Delbruyère, jeune homme, échevin et censier, reçoit à bail du marquis de Trazegnies, pour 9 ans, 29 bonniers de terres labourables dépendant de la bassecourt – En 1749, Pierre Quarez était fermier de la basse cour du château. Le nom de basse-cour est donné généralement aux annexes agricoles des châteaux et des maisons religieuses. La ferme de la Basse-cour se trouve à droite de la rue du Château.

Bastin. Aux bastinprets (1722) le Bastin pré (1782) – Baston pré (1858) – Prairie très humide (frèchau), située entre le bois de Trazegnies et Malplaquet, bornée à l’ouest par le faux rieu du Piéton – « Sebastiani pratum, le pré de Bastin, Bastien ou Sébastien. Batch. èl rî dou – Pour alimenter les viviers de leur maison magistrale, les commandeurs de Piéton avaient détourné le ruisseau provenant de l’abondante source du Bois Colot. Ils le firent couler doucement au moyen d’un fossé, en bordure du Bastin pré, jusqu’au grand étang de Piéton, dans le sens opposé à son cours naturel. Le bac en pierre, posé à la traversée du chemin de Namur à Mons, a disparu mais les traces du fossé existaient encore au début du XXème siècle. Batilz. Le grand – (1474) Obituaire . Archives du presbytère de Gouy-lez-Piéton – battils du moulin (1650) – batit (1720) – chemin du baty (1856) – terre dite bonnier du bâty tenant au Nord au chemin du Bâty Notre Dame (1891) – au bâti – Mauvais terrains, restés en friche, appartenant souvent à la commune. Le bâtis – Lieu dit situé à la droite de la rue des Bois juste à l’entrée du village en venant de Gouy-lez-Piéton. Vue de gauche : Le sentier du Bâty au départ de la rue du Butia. (Section 25) Vue de droite : Vue du village de Trazegnies prise depuis le sentier du Bâtis (Campagne des prés)

Bâty - sentier du Bâty. Il prend son départ dans la rue du Butia pour ensuite pénétrer dans les campagnes avoisinantes.

 Sentier du Bâty 2    

 

Sentier du Bâty 1 Deux vues de ce sentier qui traverse les campagnes avoissinantes au nord de la commune.

Bâty - Rue du – Cette rue à son départ dans la rue des Bois et se pert dans les campagnes pour rejoindre le sentier du Baty.

 Rue du Bâty La rue du Bâty vue depuis son entrée dans la rue des Bois.

Benoite espine- (1291) a le benoit spine (1427) – la benoiste espinne (1699) – à la bénite épine (1864) – al bènwôte èspène – Situation : à la courtoise et haye, joindant aux hayes par deseur la voie de la benoiste espinne (1672) – Aubépine dont le tronc portait (semble-t-il) une image sainte. Le lieux-dit : Benoite Epine se trouve dans les champs, enclavé entre la rue de Corbeau et la rue de l’Yser (Section 27).

Bètch - Voir Gros-bec - Bêtchu. Pachi dou – Prairie située entre la rue de la Station (actuellement Grand-Rue) et la rue Neuve (Actuellement rue des Grands Jardins – section 33). Sobriquet de son occupant (fin du XIXe siècle) dont le tempérament était sans doute assez vif. On désigne betchu un coq de combat qui frappe de préférence du bec. Betléem. Au jardin – (1720) – sur demy bonr de jardin Beetheme (1755) – Cette dernière graphie est sujette à caution; elle est due à un avocat étranger à la localité. En 1720, Baudouin Dartevelle, notaire à Trazegnies, avait annexé ce jardin à un demi bonnier de terre. Bies. Chanal du – du moulin. Version française de la charte communale de 1220 – prés dessouls le biev (1650) – desoub le bÿ (1720) – Bief du moulin banal de Trazegnies – Voir Moulin. Bois – Grand Bois . Les bois de Trazegnies (1689) – le bois du seigneur (1713) – le grand bois (1867) èl grand bos – Ce bois s’étend en bande de peu de largeur sur la rive droite du Piéton // Au bout d’une allée se dresse un arbre étonnant par sa robuste vieillesse : èl gros tchêyne (le gros chêne). Il servait, au

milieu du XIXe siècle, de rendez-vous de chasse au dernier marquis de Trazegnies et au duc de Croÿ. Vue du grand bois (section 31) %20Bois.jpg Deux vues du Grand Bois de Trazegnies – L’entrée (en venant du Gros Bec) et la sortie du bois (vers Piéton)

Petit Bois - Vers le petit bois (1750) – dit aussi bois de la marlière (1744) – Petit bois (1821) – èl pètit bos. Le petit bois cache plusieurs étangs. Il est renversé d’un côté par un terril de charbonnage et il est rogné de l’autre par des défrichements // Le grand bois (52 bonniers en 1744) et le petit bois (10 bonniers en 1744) dépendaient du domaine seigneurial. De peu d’étendue, ils ont résisté au défrichement ancien et ils sont restés comme deux îlots de verdure au milieu des champs. A l’époque romaine, la toponymie précise, au sud-est du territoire, la situation d’autres bois, des haies, là où s’étalaient déjà au XVIIème siècle des terres arables.

En arrivant à l’entrée du Petit Bois (en venant de la Drève), un chemin conduit vers un étang. Cet étang est une propriété privée et est loué à une société. De nombreux pêcheurs y viennent en été ainsi que de nombreux visiteurs. C’est un véritable havre de paix et de tranquillité. L’étang est situé au pied d’un terril. Il est alimenté par des nombreuses sources.

 L'étang Beguin Vue de l’accès à l’étang Beguin.

En pénétrant dans le Petit Bois, on descend l’allée principale en pente douce, un autre étang situé à droite apparaît. Cet étang est une propriété privée et la pêche est strictement interdite.

Le Petit Bois Vue de l’entrée du Petit-Bois de Trazegnies.

162lalledupetitbois.jpg Vue de l’allée du Petit-Bois.

 164leptboisltangpriv.jpg Vue de l’étang qui se trouve au point le plus bas du Petit-Bois.

 Après être passé devant cet étang, on remonte l’allée pour se diriger vers la sortie du Petit Bois.

La sortie du Petit-Bois La sortie du Petit-Bois.

 La cabine du Petit-Bois La sortie du Petit-Bois avec, à gauche) l’ancienne cabine électrique.

 A la sortie du Petit Bois, on aperçoit les ruines d’une ancienne cabine électrique. Cette cabine, autrefois, alimentait un signal lumineux destiné au passage d’un train qui effectuait la navette entre le puits n° 6 et le puits n° 5 des charbonnages de Mariemont-Bascoup.  Le puits n° 6 n’avait pas de terril propre, ni de centre de triage. On extrayait uniquement le charbon et de ce fait, l’acheminement de celui-ci se faisait par des petits wagonnets. Ceux-ci traversaient de part en part le Petit Bois (du nord au sud). A la sortie du Petit Bois, la vue s’étend à travers champs jusqu’au Gros Bec.

Vers le Gros-Bec

Vers le gros Bec.

Pour se diriger vers le Grand-Bois, on est obligé de parcourir la campagne jusqu’au Gros Bec, et ce, du fait que l’autoroute (R3) traverse de part en part la ville et sépare ainsi l’ancienne liaison entre les deux bois. Vers le Gros Bec (section n° 32) 

 Bois-Rue des – èl ruwe dès bos conduit de l’église de Trazegnies vers l’église de Gouy par le château de La Haye. Elle devait jadis conduire vers des lieux forestiers plus importants que les bosquets qui s’élèvent près du château (démoli après 1908) – (voir le bosquet de Gouy)

Rue des Bois 1 L’entrée de la rue des Bois (en venant de Gouy-lez-Piéton)

 

Rue des Bois 2 Une section de la rue des Bois.

Bonne-Espérance. les bonn’espèrance . Aux terres de bonne espérance tenant au chemin du seigneur (1685) – terre gisant à Trazegnies, tenant à la terre de bonne espérance (1712) – trois mesures aux bonnes espérances (1741). Ces terres, situées en bordure du vieux chemin de Nivelles, en partie sur le territoire de Gouy, en partie sur Trazegnies, appartenaient à l’abbaye de Bonne-Espérance située, près de Binche (Hainaut) Bonniers. Les trois bonniers du seigneurs (marquis de Trazegnies) (1713) – les twâ bounis. Situation : près du chemin de la Bénite-Epine – aux sept bonniers du seigneur (1759) – Situation : sur la campagne au dessus de l’église – les onze bonniers, en bordure du chemin de Forchies, près de l’Argilette – pièce dite des quatorze bonniers sur la campagne vers le Piéton (1744) – les quinzes bonniers dit le champ de l’hôtel (1744) // Les terres se mesuraient à Trazegnies au pied de Gozée. La contenance sert parfois à désigner le bien mais en général l’indication de superficie est imprécise.

Bonniers - Rue des – Cette rue se situe dans la cité Arthur   »Saint-Joseph » adjacente au stade.

Rue des Bonniers

La rue des Bonniers vue de la rue de l’Yser

Bosquet- rue du – Nom donné à cette rue pour désigner le bosquet qui longe cette rue. La rue du Bosquet (section n° 26) se trouve à la sortie du village vers Gouy-lez-Piéton.En prolongement de la rue du Bosquet, se trouve un chemin qui se dirige vers la ferme de La Haye. Celui-ci passe devant ce qui fut le château de la Haye (démoli au début du XXème siècle.)

Rue du Bosquet La rue du Bosquet. C’est ici que se situe la route qui se dirige vers la localité voisinne : Gouy-lez-Piéton.

Bosquy. Pré dit – (1733) – Ce pré appartenait au marquis de Trazegnies. Il était proche de Thiripont et confiné à un bosquet, isolé du grand bois par un défrichement. Boucher. Cense – 1697. Cense Henoch (1759) – La cense Boucher et la cense Henoch désignent la même ferme. Enocq Bouchier apparaît en qualité d’homme de fief dans un acte de 1624 – Le relief de la cense fut fait; en 1652 par son fils, Lambert Bouchier, bourgeois de Mons, puis en 1685 par la veuve de Paul Boucher et encore en 1693 par Jean-Baptiste Boucher. En 1727, le Rond, prévôt de La Buisière, vend la cense à Jean-Bernard Mathey, bailli de Trazegnies. Ce bien fief, nommé vulgairement Cense Enock, comprenait 27 bonniers de terre et 9 bonniers de prairie. En 1770, il fut saisi entre les mains de Charles-Augustin Maghe, à titre de son épouse, Marie-Thérèse Mathey, en suite à un arrêt de la Cour du Souverain Conseil de Brabant (fermier : Pierre Mattez) Boucqueau. Demy bonnier de terre – tenant au batij du moulin (1733) – Piere boucqueau, cousturier, demorant a trazegnies tenait en hommage de Jean, baron de Trazegnies, un fief ample d’un bonnier de terre labourable (1532). Boulogne – Deseur la petite bouloigne (1670) – la campagne de boulogne (1737) – le journel des boulognes (1761) -les boulôgnes – Portion sur Trazegnies d’un vaste territoire qui s’étend sur Forchies-La Marche et sur Piéton. Boulant – « sol mouvant ». Op. cit. Ce n’est pas admissible. Pourrait davantage s’interpréter par la forme refaite : « Bolonia. Bolo, nom propre germanique et – onia, suffixe latin qui est devenu – ogne et qui est la terminaison de beaucoup de noms de localités. Locution locale : au trèvi lès dès boulôgnes (variante recueillie par M. le Bourgmestre Philippe) ou t’tavô lès près dès boulôgnes – se dit d’un malade qui divague. On pourrait difficilement concevoir en ayant le sentiment des réalités, des prés sur un plateau sec des Boulognes. La première variante indique une simple traversée (au trèvi); la seconde, plus vivante et surtout plus pure, spécifie un parcours en tous sens (t’tavô) Brassine. La (1704) – la brasserie (1704) – Appartenait à Dominique Pepin. Elle était esbranlée et at poury par les fumées. Le voisin, en cours de justice, argue qu’étant enfermée entre les maisons d’autruy elle risque d’y mettre le feu et de faire un incendie de toutes les maisons de la place (1704) Brays. sur la campagne du – (1781) – Situation : sur la campagne de Trazegnies au delà du chemin qui conduit de la Benoite Epinne a la haute chaussée (1781) – Brai (vieux français) – « boue » – « marais » Bricterye. Le paischil de la – (1682) – chemin de la bricterie (1750) – chemin de la briqueterie (1847) al brèctreye la terminaison de beaucoup de noms de localités.

Briqueterie- Rue de la – Cette rue fut dénommée vraisemblablement en souvenir de la briqueterie de Trazegnies. Elle se divise en deux portions de dénominations différentes: la rue de la Briqueterie qui prend son départ dans la rue de Chapelle, face au sentier Madame pour aboutir à nouveau dans les prés et le sentier de la Briqueterie qui prend son départ au milieu de la rue de la Briqueterie et pour aboutir dans la rue Destrée.

 Rue de la Briquetterie La rue de la Briquetterie vue depuis la rue de Chapelle.

 Sentier de la Briquetterie 1 Le sentier de la Briquetterie vu depuis la rue de la Briquetterie.

Sentier de la Briquetterie 2 Le sentier de la Briquetterie vu depuis sa sortie dans la rue Destrée

Ce sentier se transforme en rue à partir du bas du sentier.

Brisè. èl – Voir Nivelles Brouwer. Terre dite le petit (1789) – p’tit browèr’. Situation : sur la campagne de la ruelle a chat. On dit à Trazegnies d’un homme petit et farceur : in p’tit browèr. Brulée. Prairie et maison dite maison (1750) – Les bâtiments qui avaient été incendiés, étaient à front du chemin conduisant à Fontaine. Bruletrée. Sentier – (1847) Brunehault – Voir chaussée Bruslé. Proche le courtil (1701) – le courtil brulé (1780) – Un contrat notarié de 1681 porte la signature de Jean Brullé.

Budapest - Rue de – (Section n° 27) – Cette rue fut créée dans la seconde partie du XXème siècle. Elle fait partie de la cité de l’Yser.

Buisson. Chemin allant au loin (1720) terre contre le bois de Trazegnies et au chemin allant à long buisson (1733) Buse. Pré a coulette ditte buze (1701) – pré a la buze (1715) preit a la buze (1780) – Dans cette prairie on avait canalisé l’écoulement des eaux et apparaissait un tuyau (buse). La citation de 1701 est suggestive : goulotte, = « rigole ». Buteau – Au chemin du (1625) – le chemin du butteau (1694) – rue du buttiau (1719) – cense du Butia (1867) au bûtia // Butia a été expliqué par le latin « bullitellum, diminutif de bullitus.  » bouillonnement ». Cette explication paraît plus sûre que la traduction par « petite butte ». Elle répond d’ailleurs, ici, à la réalité topographique. On voit une source, réputée par la qualité de son eau, en face de notre ferme du Butia. Elle donne naissance à un ruisselet éphémère qui descend, en suivant un fossé, jusqu’à la rivière du Moulin. De nos jours, cette source a été mise sous aqueduc.

Butia - Rue du  Butia vue depuis la rue de Chapelle (section n° 26) 

Rue du Butia

4ruedubutia.jpg Une section de la rue du Butia

 

 

L’impasse de la rue du Butia. Dans la rue du Butia, se trouve une impasse.

 Appendice de la rue du ButiaCette impasse fait partie de la rue du Butia.

Dans la rue du Butia, au pied de la côte (vers la rue du Seigneur) débouche un sentier dénommé « sentier du Butia ». Ce sentier relie la place Delbruyère à la rue du Butia. Autrefois, ce sentier était fortement fréquenté, en fait, il servait de « raccourci » vers le charbonnage n° 5 de Mariemont-Bascoup.

Sentier du Butia Vue de l’entrée du sentier vers la place Delbruyère.

De nos jours, le sentier est pratiquement impraticable sur une partie, et ce, du fait du manque d’entretien par l’administration de la voirie.

Fin de la rubrique consacrée aux rues A & B

 

CMC |
La Passion du Cheval |
Ma gerbille |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ...un ange passe...
| Mon blog
| sweetlady